Âme noire, lame blanche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Âme noire, lame blanche.

Message par Cauchemar le Mar 2 Aoû - 14:41

L'histoire est faite pour être écrite. Que ce soit par des historiens, ou de simples écrivains, les mots qu'ils coucheront sur leur papier laisseront une trace de leur passage sur Terre, et ce à travers les âges. Ces mêmes mots ouvrent la porte de multiples univers qui fleurissent autour de nous, qu'il s'agisse de notre passé, de notre futur, ou de l'imagination de simples mortels. Et c'est dans l'univers que j'ai créé que vous allez basculer, plongé au coeur de mon imagination et guidés par les mots qui m'auront servi. Mais cessons maintenant notre conversation : il est temps de laisser place à l'histoire...



***************************************

J'ouvre les yeux.



Je suis dans un endroit que je ne connais pas. Le ciel y est d'un bleu profond...si profond...Mais il y a quand même un léger problème : je n'ai pas la moindre idée de QUI je suis... D'ailleurs il y a plus qu'un problème : au moment où je veux passer la main dans mes cheveux, je constate que je n'en ai pas. Je n'ai pas non plus de peau, ni de chair. Juste un crâne. Rapide état des lieux : des os, rien que des os.

Je suis un squelette. Ca craint vraiment côté séduction...



Je me relève, et je détaille ma tenue : une veste (en lambeaux), une pantalon en toile (en lambeaux aussi), une cape avec capuchon (dans le même état), deux bottes en fourrure (mitées). D'ailleurs, les poches de ma veste me paraissent bien lourdes. J'y trouve deux jolies dagues (lames bien aiguisées, je ne sais pas pourquoi mais ca me plaît) et un parchemin roulé tenu en place par un ruban rouge sang. Je le déplie et déchiffre le texte écrit dessus :


Âme noire,
Lame blanche.
Cruelle et sombre histoire,
Vie suspendue à une fragile branche.
Longue quête parsemée de malheur
Mais que rien ne peut stopper
Et qui dans l'espoir révèlera la vérité
Quand du héros sonnera l'heure.

Super. Il ne manquait plus qu'une poésie bien glauque pour créer une ambiance morbide. Je sens que j'ai touché le fond là...

Immédiatement quelque chose me dit que j'ai eu tort. Et ce quelque chose n'est autre qu'un grognement terrifiant.
Une bête sort des fourrés. Elle fait deux mètres de haut et est épaisse comme un tronc d'arbre. Elle a de longs poils bruns et rêches. Je prends alors conscience de deux choses :
1) La bestiole a faim.
2) Je risque fort de servir de repas.
Le monstre me saute dessus. A partir de ce moment, je ne pense plus. Je ne réfléchis plus. J'agis. Mes mains saisissent les dagues, mes bras lacèrent l'air. Le monstre retombe.
En cinq endroits différents et tout à fait mort.
Apparement je suis assez bon guerrier...
Je dépèce la bête, mange un petit bout (même à l'état de squelette ambulant, j'ai encore un estomac en état de marche, super...) et, avisant la fraîcheur du climat, je me fais des vêtements avec le fourrure de l'animal. Au moins il me servira un peu...
Je vois un village au loin. Je ramasse un bâton, remets mes dagues dans mes poches et me mets en marche.

Quelque chose me dit que l'aventure ne fait que commencer...

*******************************************

Et voilà, ceci était la première partie de mon histoire. La suite viendra...ou pas. En attendant n'hésitez pas à commenter, j'ouvre un sujet spécialement pour. Longue vie à vous...
avatar
Cauchemar

Messages : 178
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 21
Localisation : Ben devant mon ordi, c'te question...

Feuille de personnage
Niveau : :
177/200  (177/200)
Rang : : Cadavre exquis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âme noire, lame blanche.

Message par Cauchemar le Mar 2 Aoû - 20:01

Et voici la suite attendue après seulement 5h de cogitations. La magie des mots m'envahit, et me voila prêt à vous renvoyer dans mon monde ténébreux et imprévisible...



***********************************************************

J'avance sur le chemin en terre qui mène au village. A droite, la forêt. A gauche, le flanc d'une colline qui surplombe de grandes exploitations paysannes.

J'arrive à un tournant, et je ne sais pas pourquoi j'ai un mauvais pressentiment. Malheursuesment pour moi, il se confirme bien assez vite. Je me retrouve face à deux hommes armés jusqu'aux dents. Ils sont grands, très grands, et ils portent des vêtements en toile noire. Ils ont aussi une espèce de grande bandoulière rouge sang qui aurait été très jolie sans la quantité d'armes acérées qui y était pendus. Ils sont couverts de cicatrices, ce qui laisse supposer que leur vie n'est pas tellement pacifique. Je me retourne, et vois deux autres bandits accoutrés de la même façon. Plusieurs bruits de lames s'entrechoquant provenant de ma gauche et de ma droite m'indique que ces quatre-là sont plus probablement huit. Huit scélérats assoifés de sang et d'or et surarmés contre un squelette possédant deux petites dagues. Vous direz ce que vous voulez, mais ce n'est pas l'idée que je me fais d'un combat équitable.

Celui qui semble être le chef (parce qu'il a plus de balafres que les autres) m'interpelle :

- Bon, j'vais pas m'embêter à causer avec toi. T'as deux options. Tu nous donnes gentiement ta bourse et on te laisse partir sans trop t'amocher...

- Et si je refuse?

- On te découpe en petits morceaux, on les donne à nos chiens et on brûle ce qui reste.

- Charmant. Je suppose qu'avec ca vous vous faites un tas d'amis...

Je sors mes deux dagues et je me mets en position de combat. Et ne me demandez pas comment je sais que c'est une position de combat, je n'en ai aucune idée. Ils s'esclaffent :

- Et tu comptes nous tuer avec ces deux joujoux?

Et les huit se jettent sur moi.



Dans les cinq secondes qui ont suivi, lesdits joujoux on transpercé quatre thorax et tranché trois gorges.

Le chef, seul survivant, me regarde l'air stupéfait et terrifié. Il faut dire que je dois être couvert de sang. Il commence à s'enfuir. Mon premier poignard lui transperce la main et le cloue à un arbre.

Il hurle et lâche une bordée de jurons qui me laisse admiratif.

- Eh bah dis donc, on t'a jamais appris la politesse toi.. Tu vas me faire le plaisir de parler correctement.

- Tu peux toujours crever, espèce de sale ordure ! Je vais te faire la peau ! hurle-t-il en me crachant dessus.

Ce qui fait que mon deuxième poignard transperce illico presto l'autre main et le fixe pour de bon à son arbre.

- Tss, tss, tu n'es pas vraiment en position de me menacer. Je répète : tu vas me faire le plaisir de parler correctement.

- C'est bon, c'est bon...gémit-t-il.

- Eh ben voilà, quand tu veux...

Je commence à l'interroger, ce qui provoque quelques autres hurlements et cris de douleurs. Mais il ne révèle rien. Alors je continue.

- Je te le demandes encore ! Qui est ton chef !

- Tu peux toujours courir ! Sacrios m'a dit que si je lâchais le morceau...

- Ah ton chef s'apelle donc Sacrios? Et bah tu vois que c'étais pas si difficile.

Il devient tout rouge, puis tout blanc en passant par un beau vert pâle. Admirable. Un coup de poing l'envoie au pays des songes. Ou des cauchemars...

Je regarde le carnage autour de moi. Les deux premiers vers du parchemin me reviennent en tête : "Âme noire, lame blanche"...

Je grommelle : "Evidemment, après ça, la lame va être un peu moins blanche et beaucoup plus rouge..."



Je me remets en route, vers le village. Désormais, j'ai un but. Je dois trouver ce Sacrios...
avatar
Cauchemar

Messages : 178
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 21
Localisation : Ben devant mon ordi, c'te question...

Feuille de personnage
Niveau : :
177/200  (177/200)
Rang : : Cadavre exquis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âme noire, lame blanche.

Message par Cauchemar le Mer 3 Aoû - 20:03

3e partie de mon roman, je vous laisse découvrir...



*************************************************



J'entre dans le village. Tout est normal : des maison dans un style classique, des boutiques avec des devantures colorées...Il manque juste une petite chose. Des habitants...Le village est désert.

Je m'avance jusqu'à ce qui semble être la place du village. Et je m'arrête net. Une centaine de villageois armés d'épées, arcs, fourches, et autres ustensiles meurtrier vient de surgir des ruelles. Je suis encerclé.

Sacré sens de l'accueil dans ce pays...

Malgré les dons de combat que je me découvre (les sept cadavres laissés sur le chemin auraient pu en témoigner) je risque d'avoir un peu de mal à décimer un village entier. D'autant que les villageois sont bien armés...

Je lâche mes dagues et je lève les mains bien haut.

- Houuu, on se calme. Je ne suis pas venu attaquer le village. Je voudrais juste...

- Aaaah ! Un squelette qui parle ! s'écrient plusieurs paysans.

Ah oui. J'avais oublié ce petit problème d'apparence.

- Oui, je parle, oui je suis vivant même si j'ai l'air un peu décomposé, et j'aimerais seulement des renseignements, merci !

Celui qui semble être l'ainé du village s'avance et me parle :

- Que veux-tu, étrange créature ?

- Je voudrais, un, que vous ne m'appelliez plus étrange créature, monstre, et caetera. Ensuite Je cherche quelqu'un.

- Quelqu'un, cadavre ambulant?

Je soupire.

- Oui, un certain Sacrios...

Un homme s'avance. Il porte seulement un pantalon de toile, et a des cicatrices et balafres un peu partout. Dont certaines semblent fraîches. Mais surtout il arbore un sourire un peu dément. Le premier mot qui me vient à l'esprit est "masochiste"

- C'est moi. Que me veux-tu?

J'avise le foule autour de nous. Vu certains regards, il semble compter dans le village. Soyons un peu diplomate...

- Il vaudrait mieux parler de ça en privé...

- Accordé.

Et tandis qu'il m'entraîne vers une ruelle sous les regards suspicieux des villageois, un autre vers me revient en tête : "Longue quête parsemée de malheur, mais que rien en peut stopper."

J'ai le sentiment que je ne me dirige pas vers un avenir radieux et paisible.
avatar
Cauchemar

Messages : 178
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 21
Localisation : Ben devant mon ordi, c'te question...

Feuille de personnage
Niveau : :
177/200  (177/200)
Rang : : Cadavre exquis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âme noire, lame blanche.

Message par Cauchemar le Dim 7 Aoû - 20:11

Suite à l'intrusion sur Ankama, j'ai perdu mon compte pendant un moment. Les trois jours qui ont suivi les "retrouvailles" ont été passé dans des univers de jeu bien connus de vous tous. Mais je m'égare : voici maintenant la quatrième partie de ma (pas tout à fait) petite histoire...



**********************************************

En entrant chez Sacrios, je sens tout de suite que le mot "masochiste" ne lui convient pas.

Il n'est pas assez puissant...

Des instruments en tous genres (aux usages variés et malsains que je ne décrirai pas sous peine de censure) sont accrochés un peu partout dans la maison, et du sang macule le mur. Dont quelques taches fraîches.

Il m'invite à m'asseoir. Et entame la discussion.

- Alors tu voulais me voir? Pourquoi?

Il me semble que la franchise est une bonne solution.

- Je voudrais savori pourquoi huit de vos hommes m'ont attaqué sur le chemin qui mène au village.

Il me regarde et réplique d'un ton glacial :

- Vu que tu es encore vivant, je suppose qu'ils ne sont pas en pleine santé. Qu'en as tu fait?

Vous vous souvenez de ce que j'ai dit sur la franchise? Faites moi plaisir. Oubliez-le.

- Sept d'entre eux ont rejoint les anges. L'autre dort plus ou moins paisiblement sous un arbre.

Il me toise méchemment.

- La seule chose qui me retient de ne pas te découper en morceaux est que tu as réussi à maîtriser shuit combattants surentraînés. Ce qui prouve que tu dois être un combattant d'exception. J'ai peut-être un travail à te proposer...Mais je dois d'abord te poser quelques questions. Comment t'apelles-tu?

J'ai un rictus amusé.

- Malheursement cela fait partie des questions auxquelles je ne peux pas répondre.

- Parce que tu souhaites rester discret?

- Nan. Parce que j'en ai aucune idée.

Et je lui raconte mon histoire. Il prend la parole :

- Que je résume bien. Tu es arrivé ici sans aucun souvenir, avec deux dagues et un parchemin glauque. Tu t'es découvert un instinct de combat qui prends le dessus sur toi quand tu te trouve en situation dangereuse. Tu as massacré ce qui me semble être un Mulou en pleine santé, quoique maintenant il ne doit plus être très frais, ainsi que sept de mes hommes. On a fait plus simple comme histoire.

- M'en parlez pas...

Je me retourne pour regarder par la fenêtre, histoire de songer un peu. Mais il m'interpelle.

- Attends...Qu'est-ce que c'est que ce truc?

- Quoi?

- La marque derrière ton crâne.

- Je sais pas si vous avez remarqué mais il est difficile de regarder l'arrière de son propre crâne.

- Hum. Certes.

Puis il reprend d'un air sombre.

- Je connais cette marque. C'est celle de l'Ordre du Règne noir.

- Vous avez pas trouvé plus glauque comme nom?

- Tu ne sais même pas de quoi tu parles...

- Vous auriez pas un miroir que je puisse voir à quoi ressemble cette marque?

- Je vais te faire un dessin.

J'observe le symbole qu'il dessine sur une feuille. Il ressemble à ceci :









Je reprends la conversation :

- Et c'est quoi exactement cet Ordre du Règne noir?

Il a un sourire inquiétant.

- Il vaut mieux que tu t'en rendes compte par toi-même...

Et il m'entraîne dans le dédale de sa maison, puis dans un souterrain.

Et encore une fois (ça va devenir uen habitude...) un vers du poème me revient en tête : "Qui dans l'espoir révèlera la vérité quand du héros sonnera l'heure".

Ce n'était pas franchement le vers le plus apte à me rassurer...



****************************************************

Et voilà, c'en est fini de la quatrième partie. Le dessin ici présent a été entièrement fait sur paint, donc pas de critiques s'il vous plaît. Néanmoins je suis toujours ouvert aux commentaires...

La suite bientôt...plus ou moins...
avatar
Cauchemar

Messages : 178
Date d'inscription : 02/08/2011
Age : 21
Localisation : Ben devant mon ordi, c'te question...

Feuille de personnage
Niveau : :
177/200  (177/200)
Rang : : Cadavre exquis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Âme noire, lame blanche.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum